Accueil / Equipe nationale / Championnat d'Afrique des nations / champion d’afrique 2018 : Toni Gerona « les entraineurs espagnols sont des bons cuisiniers »
27331567_1165231233579203_3145045942227622611_n

champion d’afrique 2018 : Toni Gerona « les entraineurs espagnols sont des bons cuisiniers »

Week-end dernier , sur trois continents , des entraineurs espagnols ont remporté le titre avec leurs sélections. L’école ibérique est devenue synonyme de succès.

Quel est le point commun entre le champion d’Europe, le champion d’Asie et le champion d’Afrique ? Ils sont tous les trois conduits sur leurs bancs par des techniciens espagnols. Pendant le week-end dernier, Jordi

Ribera, l’entraîneur de l’Espagne, Valero Rivera, entraîneur du Qatar, et Toni Gerona, entraîneur de la Tunisie, ont conquis l’or avec leurs sélections.

Manolo cadenas , Entraîneur de l’Argentine, pourrait compléter l’hégémonie de l’école hispanique des entraîneurs avec le titre de la Pan American Championship qui aura lieu , au Groenland, en juin prochain.

Tout à commencer avec Valero Rivera un homme a changé la perception des entraîneurs espagnols à l’étranger : Valero Rivera. Fort de ses six Ligues des Champions en tant qu’entraîneur de Barcelone ou encore d’un titre mondial avec les Hispanos en 2013, il est l’un des techniciens les plus réputés de la planète handball. Son arrivée sur le banc du Qatar en 2013, qu’il a métamorphosé pour devenir vice-champion du monde deux ans plus tard, a eu un impact énorme sur l’image des entraîneurs ibériques. « C’est un phénomène de mode qui s’est fortement amplifié depuis le mondial en Espagne en 2013 puis l’arrivée de Valero Rivera sur le banc du Qatar, estime Dragan Zovko.

Rivera est une autorité indiscutable dans le monde du handball. Il est respecté et consulté. L’expansion des sélectionneurs espagnols commence en effet avec lui.

Toni Gerona suit les traces de Jordi Ribera et Valero Rivera

Le technicien catalan Tony Gerona a atterri En Tunisie à l’été de 2017 et, en seulement quelques mois, a déjà récolté son premier succès en battant en finale les favoris égyptiens (24-26) , au championnat d’Afrique au Gabon. Gérona a affronté le tournoi africain avec quatre cadres blessés et en pleine régénération de l’équipe.

Entretien avec Toni Gerona-Tunisie coach -vous avez atterri l’été dernier en Tunisie avec pour objectif le Championnat d’Afrique 2020 et la qualification aux jeux olympique de Tokyo , et vous avez déjà remporté votre premier grand tournoi au Gabon.

Vous vous attendaiez à ce que votre travail porterait des fruits si tôt?

La vérité est que nous sommes venus au championnat avec l’idée claire que l’Egypte était une sélection beaucoup plus rodée et plus expérimentée et qui a pu rivaliser avec les plus grandes équipes du monde dans la Golden League. Ils étaient les favoris. Nous avons fait une bonne gestion pendant le championnat, nous avons été en mesure de faire tourner les joueurs et nous sommes arrivés À la demi-finale et final avec tous les joueurs en pleine condition. Ce fut un petit pas dans le grand but qui sera le Championnat d’Afrique 2020 dont la Tunisie sera l’hôte.

-La Tunisie avait perdu les deux finales précédentes et vous avez affronté le champion en titre et le favoris egyptien en finale. le titre est-il encore plus précieux?

Je pense que oui, je ne vais pas prendre le crédit du travail effectué par l’équipe. On a travaillé dur. Pendant les six mois précédant le championnat d’afrique nous avons fait des petits groupes de travail pour être le plus ensemble possible, car cela facilite la tâche. Je suis très satisfait de la performance de l’équipe.

gagner le titre avec un groupe si jeune et avec 8 débutants nous rend très heureux. L’objectif de la Tunisie est toujours d’être compétitif et de jouer la finale. Au Gabon on devait décrocher un billet pour le mondial , atteindre la finale et permettre aux jeunes d’acquérir de l’expérience.

-Dans le même week-end, Jordi Ribera champion d’Europe avec l’Espagne, Toni Gerona champion d’Afrique avec la Tunisie et Valero Rivera champion d’Asie avec le Qatar.

Quel est le secret de réussite de l’école ibérique?

Les circonstances ont voulu que ca arrive le même week-end mais Valero Rivera a déjà gagné trois fois le championnat d’asie , si je me souviens bien , et Jordi Ribera avait gagné le Panamericano. Les titres ont coïncidé temporairement, mais on doit d’être très satisfaits parce qu’il en dit long sur la façon dont vous travaillez.

C’est un succès de tous. Nous ne sommes pas les plus élevés, ni lesplus grands, ni

Le plus fort, mais nous avons des entraîneurs qui sont en mesure d’emmener les joueurs à réaliser sur le terrain ce qu’ils ont en têtes et des joueurs qui comprennent mieux comment jouer cela.

-Que pensez-vous que les trois entraîneurs ont en commun?

Évidemment, je suis très loin de me comparer à Jordi et Valero parce qu’ils ont beaucoup plus d’expérience que moi. Je voudrais penser, comme je les connais , nous sommes tous trois des entraîneurs très méthodiques et nous travaillons dans beaucoup de détails.

-Quelles qualités pensez-vous définissent l’école des techniciens espagnols?

L’optimisation des ressources. Avec ce que nous avons, nous sommes en mesure de réaliser un modèle de jeu qui permet au groupe de donner la performance maximale Possible. On ne dépend pas d’un type de handball.

À chaque instant, selon les ingrédients que nous avons, nous préparons le meilleur plat que nous pouvons Cuire. Et donc nous le portons en pratique.

-Pourquoi pensez-vous que les techniciens espagnols sont choisis pour diriger des projets nationaux ou de Club à l’étranger? L’Espagne est-elle un pari sûr pour le succès?

On a réussi depuis des années. Valero, Jordi… sans oublier Talant, Raul, Claude, Sabaté et de nombreux entraîneurs qui ont récolté le succès depuis des années et Ils rendent le travail plus facile pour nous tous qui viennent de derrière et tous ceux qui essaient de faire notre sport notre mode de vie. Leurs succès nous a permis d’ouvrir plus de portes de l’extérieur et que les clubs et les équipes étrangères voient les entraîneurs espagnols avec de meilleurs yeux.

-la tactique est-elle le contrepoint ou l’arme que l’Espagne a besoin d’exploiter pour contrecarrer la puissance physique qui prévaut dans le handball actuel?

Sans aucun doute. La classe avec laquelle l’Espagne à jouer en défense et dans l’optimisation des ressources a été incroyable. Je pense que les entraîneurs Espagnols sont de bons cuisiniers. Avec les ingrédients que nous avons, nous sommes en mesure d’obtenir de bonnes performances selon les types de joueurs que nous avons dans chaque Temps.

-L’Espagne a ajouté son premier or dans un championnat d’Europe. Quel rôle pensez-vous que Jordi Ribera a joué dans la réalisation de cette étape historique?

Jordi Ribera a joué un rôle clé. De la sélection des joueurs parce qu’il a choisi ceux qui conviennent le mieux à sa philosophie, qu’il connait bien Et en qui il a confiance comme Simon, Entrerríos ou Viran, et a été en mesure de voir des joueurs comme Ferran Solé,AitorAriño ou Dani Dujshebaev, qui peuvent être ajusté au modèle de jeu dans lequel il croit. Si quelque chose définit Jordi c’est d’être un érudit complet de handball Et je suis sûr qu’il avait tout préparé en détail. Il a été en mesure de faire la combinaison parfaite pour que l’Espagne gagne si brillamment ce Championnats d’Europe.

-Quel impact et quelles conséquences positives pensez-vous que l’or hispanique peut avoir sur le handball au jour le jour en Espagne?

J’espère que les médailles d’or vont faire revenir les entreprises à parier sur le handball. En Espagne, nous avons besoin de joueurs dédiés exclusivement Au handball et que les techniciens peuvent entraîner matin et après-midi. Nous avons besoin de plus de promotion et plus de d’enfants jouant au handball.

L’argent est nécessaire pour que Les clubs puissent créer des structures plus professionnelles et, peu à peu, le handball pourra prendre une place plus importante comme en Allemagne ou en France.

Voir aussi

handball-femmes

CAN dames Congo 2018 : Programme des rencontres des tunisienns

L’équipe séniore Dame de Handball de Tunisie continue sa préparation à Nabeul en vue de …